L'Égrégore

22e édition
Lecture publique le 22 avril 2017 au Cégep Limoilou

Mardi 31 janvier 2017

Une étudiante du Collège Lionel-Groulx remporte le prix de l’Égrégore!

Crédit photo : Samuel PasquierSarah Leblanc-Gosselin, étudiante en interprétation théâtrale au Collège Lionel-Groulx, est la grande gagnante de la 22e édition de l’Égrégore, le Concours intercollégial d’écriture dramatique . Son texte, Le puissant fond d’un Marais-sans-fin, sera mis en lecture et présenté le 22 avril prochain lors de la 31e édition de l’Intercollégial de théâtre au Cégep Limoilou à Québec, ainsi que le 10 mai 2017 au 17e Festival du Jamais Lu aux Écuries à Montréal. Le puissant fond d’un Marais-sans-fin a été sélectionné par un jury coordonné par le CEAD et composé d’André Gélineau, Annick Lefebvre et Pascale Rafie. La lauréate bénéficiera d’un parrainage d’écriture de neuf heures en compagnie de Geneviève Billette, choisie en collaboration avec le CEAD.


Résumé de la pièce

Au Marais-des-Poisseux, Bel-Bibite est perché en haut de son arbre et surveille toutes les allées et venues. Il intercepte alors Limace, une jeune fille qui est à la poursuite de La-plus-grosse-des-bibites, celle qu’elle cherche depuis toujours. Ensemble, les deux enfants partiront en quête des secrets les mieux gardés du Marais. Ils rencontreront la noirceur des profondeurs, la cruauté des bancs de poissons, mais aussi la beauté de ce grand vertige qu’est la découverte de soi. Une pièce pour les petits et les grands, qu’on ait les pieds palmés ou pas.


Mot de l’auteure
« Le puissant fond d’un Marais-sans-fin est né durant un stage d’écriture dramatique, donné par Louis-Dominique Lavigne. Au départ, je n’avais pas d’idée précise du sujet dont je voulais parler. C’est en cours de processus qu’un sens plus profond s’est dégagé du texte. Le principal sujet que j’aborde dans ma pièce est cette difficulté qu’on peut avoir à s’apprécier soi-même et à se percevoir d’un œil juste. Être son pire juge est un phénomène que je remarque souvent chez moi comme chez d’autres, surtout en étudiant dans une école de théâtre. En effet, il s’agit d’un contexte particulier où on s’en impose souvent beaucoup trop. Après quatre années à y passer la majeure partie de mon temps, je ne suis pas surprise que mon texte tourne autour de ce thème, autour de la confiance fragile. Le désir de me lancer dans du théâtre jeune public s’est manifesté lorsque j’ai fait la rencontre de Limace et de Bel-Bibite. Je me suis rapidement attachée à ces personnages qui alimentaient beaucoup ma créativité. J’ai eu envie d’inventer autour d’eux et autour d’un marais. C’était la première fois que j’abordais le théâtre jeunesse. J’y ai trouvé une grande liberté, ce qui m’a permis de me prendre un peu moins au sérieux… ça fait du bien, des fois! Le genre poétique, quant à lui, m’a toujours attirée. Et pour moi, il allait de soit que ce texte allait revêtir un langage très imagé et rythmé. Enfin, Le puissant fond d’un Marais-sans-fin a été de plonger tête première, et de voir jusqu’où le courant allait me mener.»

Biographie
J’ai longtemps entretenu une relation amour-haine avec l’ensemble des disciplines artistiques que j’ai pratiquées. J’ai fait plusieurs années de gigue folklorique, j’ai suivi divers cours de musique, j’ai participé à des créations théâtrales, des comédies musicales, et au final, qu’importe le médium utilisé, ça revient toujours au même: l’art me remet en question, me confronte, m’empêche de dormir, mais c’est à la fois ce que je trouve magnifique. Alors que ce soit en musique, en danse, en jeu ou en écriture, même si je me casse la tête en deux ou les pieds en six, je n’arrêterai pas de créer. C’est avec un intérêt tout particulier pour l’interprétation que j’ai d’abord complété un DEC en jeu au Cégep de Saint-Laurent, pour ensuite faire mes auditions dans les écoles de théâtre. Me voilà déjà rendue au bout de la presque fin. J’achèverai en mai prochain ma formation en tant qu’interprète au Collège Lionel-Groulx. Pour ce qui est de la suite, l’histoire est à construire.

Jeudi 18 août 2016

Bon retour!

RIASQ2016_Egregore_SIG_CLe retour de l’automne, le retour en classe… inspirant pour l’écriture d’une pièce de théâtre non? Si tu aimes l’écriture dramatique, inscris-toi au Concours intercollégial d’écriture dramatique l’Égrégore! Tu pourrais voir ton texte mis en lecture par des comédiens professionnels. Renseigne-toi auprès de ton animateur socioculturel et participe toi aussi à cet événement d’envergure!

Voir plus d'actualités >